Une allégorie de la mémoire du monde? «Le Bibliothécaire» d’Arcimboldo et la culture artistique du Cinquecento

Authors

  • Renato Menezes Ramos Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS)

DOI:

https://doi.org/10.20396/figura.v4i0.10034

Abstract

C’est d’un commun accord que les historiens de l’art et de la culture, depuis le XIXème siècle, pensent la Renaissance comme un phénomène fondamentalement italien, répandu à plusieurs régions de l’Europe après 1527, suite au Sac de Rome. Si elle se définit comme style, d’après Wölfflin3, ou comme mouvement, ce que Gombrich4a essayé de montrer, cela n’est pas tant la question, puisque dans tous les cas, elle se configurerait de manière cohérente pendant un temps bien défini. C’est aussi selon un présupposé optimiste dix-neuvièmiste que cette période est perçue comme le moment d’exaltation de l’humain par rapport aux contingences de son temps.

Downloads

Download data is not yet available.

Published

2019-08-27

How to Cite

Ramos, R. M. (2019). Une allégorie de la mémoire du monde? «Le Bibliothécaire» d’Arcimboldo et la culture artistique du Cinquecento. Figura: Studies on the Classical Tradition, 4, 107–127. https://doi.org/10.20396/figura.v4i0.10034